banner

Blog

Jun 03, 2023

Le projet de réalimentation électrique d'Erbil ajoute 500 MW au réseau du Kurdistan

Après avoir construit trois centrales à cycle simple bi-combustible de 1 000 MW, chacune équipée de huit turbines à combustion, Mass Global Holding Ltd. a récemment réalimenté la centrale électrique à gaz d'Erbil, située au Kurdistan irakien, à l'aide de générateurs de vapeur verticaux à récupération de chaleur, ajoutant ainsi 500 MW de capacité à le réseau local.

Le Kurdistan irakien, situé dans le nord-est de l’Irak, est un chantier d’édification de la nation. Le pays a un gouvernement indépendant, entretient sa propre armée, arbore son propre drapeau, parle sa propre langue et a récemment commencé à vendre directement son pétrole sur le marché mondial, au grand désarroi du gouvernement irakien. Le Kurdistan n’est peut-être pas un État libre, mais il fonctionne comme un marché libre.

Les investissements massifs du gouvernement régional du Kurdistan (GRK) dans les infrastructures au cours de la dernière décennie sont un autre signe important de son autonomie. Le Premier ministre Nechirvan Barzani a affirmé l'engagement du GRK dans les projets d'électrification à long terme car ils « alimenteront également le développement d'autres secteurs [de son économie] ».

Le producteur d’électricité indépendant Mass Global Holding Ltd. (MGH), dont le siège est à Amman, en Jordanie, est une société qui a massivement investi dans l’avenir du Kurdistan. MGH a construit, possède et exploite environ 3 000 MW de production d'électricité par turbine à combustion (CT) au Kurdistan, dont la plus grande est la centrale électrique à gaz d'Erbil (EGPS), située à environ 22 kilomètres au sud de la capitale Erbil (Figure 1). ). En août, les frappes aériennes américaines ont empêché le groupe se faisant appeler État islamique en Irak et en Syrie (EIIS) d'entrer à Erbil, et les forces peshmergas kurdes ont repoussé les militants loin de la ville, même si au moment d'écrire ces lignes, l'EI continue de contrôler la ville. la ville nord de Mossoul.

Le développement de la phase 1 de l'EGPS a débuté en janvier 2007 avec l'installation de quatre TC multi-arbres GE Frame 9E d'une capacité totale de 500 MW. La phase 1 s'est achevée en mai 2008. En 2011, l'achèvement de la phase 2 a ajouté quatre autres CT et augmenté la capacité de la centrale à 1 000 MW, ce qui en fait la plus grande centrale électrique du Kurdistan et sa première centrale à cycle combiné. Les TC à cycle simple bi-carburant peuvent fonctionner au gaz naturel ou au diesel. Le gaz arrive à la station depuis les champs gaziers de Khormor, tandis que des camions livrent le pétrole vers cinq réservoirs de carburant de 4 000 m3.

La phase 3 de l'EGPS, actuellement dans les dernières étapes de mise en service, a converti les TC à cycle simple en deux blocs électriques à cycle combiné 4 x 1, augmentant ainsi la capacité de la station à 1 500 MW. La majorité de l’électricité est consommée à Erbil, bien que plus tôt cette année le GRK ait commencé à exporter de l’électricité au nord vers Mossoul et au sud jusqu’à Kirkouk, contribuant ainsi à atténuer les pénuries d’électricité dans ces régions tout en augmentant les revenus du Kurdistan. Cependant, un reportage de la mi-septembre a rapporté que le gouvernement du Kurdistan irakien avait coupé l'électricité à Mossoul et ses environs, qui étaient contrôlés par les militants de l'Etat islamique.

La phase 3 a ajouté huit générateurs de vapeur à récupération de chaleur (HRSG) à double pression de CMI Energy, deux turbines à vapeur (ST) GE C-7 de 250 MW nominaux et deux condenseurs refroidis par air (ACC) à 40 cellules de GEA Energietechnik qui fonctionnent à 0,0666 bara (1,97 po Hga) à 15 °C ambiant. ABB Suède a fourni et construit une nouvelle sous-station de 400 kV pour interconnecter les ST au réseau national du Kurdistan. L'achèvement de la phase 3 a amélioré l'efficacité thermique de la centrale d'environ 55 à 56 %, faisant ainsi d'EGPS l'une des centrales électriques les plus efficaces d'Irak. Les 500 MW ajoutés par la phase 3 couvrent environ 15 % de la demande électrique de la région du Kurdistan. Le constructeur turc ENKA Construction & Industry Co. (ENKA) a été sélectionné par MGH pour construire la phase 3 sur une base d'ingénierie-approvisionnement-construction (EPC).

L'une des principales exigences de conception du projet est que la centrale puisse être déployée dans n'importe quelle combinaison d'opérations de base tout au long de sa durée de vie. Cela signifie que chaque bloc de puissance peut être réparti indépendamment, mais en outre, chaque TC au sein d'un bloc de puissance peut être démarré ou redémarré en fonction des exigences du réseau à ce moment-là, avec un minimum de deux TC fonctionnant dans un bloc de puissance. Ce mode de fonctionnement impose des exigences importantes au HRSG.

PARTAGER